Nomenclature commune aux théâtres grecs et latins

Délos : restitution du théâtre vers 240 av. J.-C. en maquette numérique (Exploration archéologique de Délos XLII, fig. 429)

 

Orange : restitution du théâtre en vue perspective (A. Badie)

 

Bâtiment de scène ou édifice scénique :
Ensemble de la construction qui, en bordure de l'orchestra, est utilisée par les artistes pendant la re présentation et permet les changements de costume des acteurs. Dans le théâtre grec d'époque classique le bâtiment de scène comporte un seul niveau et reçoit le nom de skènè. Dans la seconde moitié du IVe s. av. J.-C. apparaît un type d'édifice avec skènè à deux niveaux et proskènion en bordure de l'orchestra. Dans le théâtre latin, l'édifice scénique comporte une estrade basse et profonde, appelée pulpitum, et un front de scène orné de colonnades sur un, deux ou trois niveaux. Derrière le front de scène se trouvent généralement une ou plusieurs pièces servant de vestiaire, le postscaenium.
L'ensemble de ces composantes peut être flanqué de salles annexes qui appartiennent aussi au bâtiment de scène : parascaenia, cages d'escalier, basiliques ouvertes au public.

Kolymbèthra (fém.; pl. kolymbethrai) :
Terme que les chercheurs modernes appliquent au bassin construit dans l'orchestra de certains théâtres à l'époque impériale pour recevoir des spectacles aquatiques. En grec ancien, il désigne de façon générique une piscine.

Estrade :
Espace de jeu suré levé par rapport au niveau de l'orchestra qu'elle borde du côté opposé aux spectateurs. Son existence dans le théâtre grec est discutée. On débat depuis longtemps pour savoir s'il existait une estrade basse en bordure de l'orchestra à l'époque classique et si, à l' époque hellénistique, la couverture en terrasse du proskènion constituait une estrade haute et étroite habituellement utilisée par les acteurs. Dans le théâtre latin l'ensemble des artistes se produisent sur une estrade basse et profonde appelée pulpitum.

Façade :
Le terme désigne en général la face externe principale d'un édifice. Dans un théâtre, il s'applique à toute la face du monument tournée vers l'extérieur. Pour la face du bâtiment de scène tournée vers les gradins, on utilisera de préférence le terme de front.

Gradin :
Construction en degré servant de siège pour les spectateurs. Le théâtre antique a connu des gradins en bois et en pierre et des gradins combinant de la pierre et de la terre. Un gradin se définit par sa hauteur, sa profondeur et son profil. La face antérieure peut être plane ou ornée de moulures. Dans le théâtre grec, elle est souvent composée d'un cavet surmonté d'un bandeau droit.
Elle est aussi parfois dotée de pieds qui peuvent prendre la forme de pattes de félin. La surface supérieure peut être plane ou présenter deux niveaux : l'un servant de repose-pied et l'autre, plus élevé, de siège.

Orchestra (fém.; pl. en grec orchestrai, en latin orchestrae) :
Dans le théâtre grec le terme dé signe l'aire plane constituant le principal espace scénique. Elle est délimitée d'un côté par le bâtiment de scène et de l'autre par le premier gradin ou, plus souvent, par une conduite ouverte d' évacuation des eaux. Dans le théâtre classique et hellénistique, elle est accessible par deux accès latéraux à ciel ouvert, les parodoi. Dans le théâtre latin, l'orchestra n'est plus utilisée par les artistes pour les représentations. Elle constitue une space résiduel, accessible latéralement par des aditus et généralement bordé en Occident par des degrés bas qui reçoivent des sièges mobiles réservés aux sénateurs et aux décurions.
À l' époque impériale, les orchestrai de plusieurs théâtres furent aménagées pour recevoir des chasses et des combats de gladiateurs. Certaines reçurent aussi des bassins pour des spectacles aquatiques. Orchestra est la transcription du grec ὀρχήστρα, qui désigne étymologiquement une piste de danse et qui est bien attesté pour les théâtres. Le terme a été transcrit en latin sous la forme orchestra.

Proédrie (fém.) :
Places d'honneur situées en bordure de l'orchestra. Dans le théâtre grec, le terme est habituellement utilisé soit pour une banquette à dossier constituant le premier gradin d'un koilon, soit pour une série de trônes bordant l'orchestra ou placés à sa périphérie. On ne l’utilisera pas pour les banquettes à dossier qui se trouvent dans des positions plus élevées, en bordure d'un diazôma ou au sommet des gradins en particulier. Dans le théâtre latin, la proédrie prend souvent la forme de sièges mobiles placés lors des spectacles sur des degrés de faible hauteur bordant l'orchestra. Proédrie est issu du grec ancien προεδρία, qui désigne le droit de choisir en premier sa place dans un édifice de spectacle.